Danger des écouteurs et casques audio

Casques audio, écouteurs : les dangers de la musique trop forte
Publié le May, 02, 2022

Nous les utilisons de plus en plus, à chaque instant de la journée, mais quels sont les dangers des casques audio et écouteurs sans fil ? 

Depuis quelques années, les écouteurs sans fil ont conquis le marché et par conséquent notre vie quotidienne, et de nombreuses études ont déjà été réalisées sur les effets de leur utilisation. Une étude australienne menée par l’université Bond affirme qu’une utilisation raisonnable de ces dispositifs ne pose généralement aucun problème. Toutefois, s’ils sont utilisés de manière prolongée, ils peuvent provoquer un certain nombre de troubles. 

Écouteurs et casques audio omniprésents

Les casques et les écouteurs sont devenus des compagnons essentiels et indispensables dans nos vies. Ils nous permettent d'écouter de la musique sans déranger les autres et de passer librement nos appels téléphoniques. Deux groupes prédominent : les adeptes des écouteurs qui se posent sur l’oreille, sans les insérer dans le pavillon, et ceux qui préfèrent les écouteurs intra-auriculaires, qui s’insèrent directement dans l’oreille. En dehors de cette différenciation, nous vous proposons une présentation détaillée des différents types de casques :

  • Les écouteurs ouverts présentent une surface perforée qui assure une bonne dispersion du son et une pression sonore plus faible à l’intérieur de l’oreille. Grâce à ce mécanisme, le volume peut être augmenté en permanence, en veillant toutefois à ne pas le monter de manière excessive dans le but de neutraliser le bruit de fond ambiant.
  • Les écouteurs fermés assurent une bonne isolation contre le bruit ambiant grâce à leurs coussinets. Il est possible de les utiliser sans augmenter excessivement le volume, ce qui soulage le stress auditif causé par les bruits forts. 
  • Les écouteurs intra-auriculaires offrent une meilleure isolation contre les bruits extérieurs que les écouteurs fermés, car ils sont insérés directement dans le conduit auditif externe. ujourd'hui l'usage des écouteurs sans fil utilisant la technologie Bluetooth, notamment les Airpods de la marque Apple est très répandu. Selon les experts, il est toujours préférable de ne pas les utiliser à des volumes excessifs et de manière prolongée afin d’éviter des problèmes auditifs.

Ces dernières années, l’utilisation des écouteurs a augmenté de façon exponentielle. Le fait de devoir souvent rester à la maison a conduit à leur utilisation même à des moments où ils n’étaient pas nécessaires auparavant, comme pour les réunions professionnelles. Cette pratique se prolonge souvent tout au long de la journée, entraînant une utilisation également en soirée et au moment du coucher avec dans les faits, une utilisation continue et constante pouvant aller jusqu’à l’abus. Les jeunes et adolescents sont particulièrement concernés par cette surutilisation des casques et écouteurs.  

Pandémie de Covid-19 et risques du télétravail

Covid et télétravail sont devenus indissociables ces dernières années dans un contexte qui a de fait toujours privilégié la distanciation. Il est indéniable que la pandémie a entraîné une augmentation significative de l’utilisation des casques pour les conférences téléphoniques, même chez les personnes qui ne les utilisaient auparavant que de manière sporadique. Ce phénomène ne concerne pas seulement les adultes, mais aussi les plus jeunes, obligés de suivre des cours en ligne ou de remplacer leurs sorties entre amis par des appels vidéo de groupe pour lesquels l’utilisation d’écouteurs est devenue indispensable, tant pour des raisons de tranquillité domestique que de respect de la vie privée. Dans ce contexte de télétravail, nous sommes donc tous plus exposés aux bruits forts pour nos oreilles causés par les casques et les écouteurs qui sont devenus le seul moyen de partager les espaces de la maison, afin de pouvoir mener à bien toutes nos activités. 

Danger des écouteurs sur l’audition

Casques et dommages auditifs, quelle est la corrélation ? De nombreuses études ont montré que le principal problème lié aux dommages causés par les casques sur l’audition est principalement dû à leur utilisation prolongée, ainsi qu’à un volume d’écoute excessif de la musique. Cependant, contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce n’est pas tant ce dernier facteur qui est en cause que le premier. Une exposition prolongée et soutenue peut entraîner de graves dommages auditifs. Cela s’applique à tous les groupes d’âge : adultes, jeunes et moins jeunes, occupés à des activités diverses, mais partageant un même comportement. 

Les effets sur nos oreilles et notre système auditif d’une exposition prolongée à des sons forts conduisent de plus en plus à des diagnostics quasi quotidiens de traumatismes causés par le stress auditif. Les personnes touchées se plaignent de symptômes tels que :

  • sensation d’oreille bouchée, autrement dit une pression dans l’oreille causée par une inflammation du tympan ou du conduit auditif ;
  • acouphènes, à savoir un bourdonnement gênant ; 
  • et même diminution de l’audition. 
  • Ces troubles s’accompagnent aussi souvent de manifestations douloureuses dans l’oreille, l’un des principaux symptômes d’un trouble, en plus des difficultés d’audition. 

Les symptômes décrits peuvent être temporaires, mais ils peuvent aussi devenir permanents s’ils ne sont pas diagnostiqués rapidement. Le système auditif humain étant capable de très bien supporter la pression acoustique, même de manière prolongée, il arrive souvent que les dommages passent inaperçus et deviennent permanents. 

De nombreux facteurs sont susceptibles de stresser le système auditif. Le temps et une utilisation prolongée, quotidienne et intensive d’écouteurs, de casques intra-auriculaires et autres peuvent causer des dommages permanents. Il est donc conseillé de faire attention et d’éviter autant que possible une utilisation continue des écouteurs. 

Les Airpods et le Bluetooth sont-ils dangereux ?

Une fausse rumeur circule souvent sur la corrélation entre le Bluetooth et les dommages sur la santé. Ces croyances sont apparues suite aux doutes qui se sont installés dans la communauté scientifique en 2015 quant à la dangerosité des Airpods pour notre santé. Dans un appel publié dans la revue Medium, 247 scientifiques de 42 pays ont exprimé leur inquiétude quant à l’exposition excessive aux champs électromagnétiques provoqués par les appareils Bluetooth. Au cours des années suivantes, cependant, aucune preuve scientifique n’est venue étayer cette thèse. De récentes études ont montré que les radiations générées par les dispositifs Bluetooth sont moins dangereuses que celles émises par les smartphones eux-mêmes, et en général, l’émission d’ondes électromagnétiques est si faible qu’elle n’est pas pertinente. Le protocole Bluetooth utilise les mêmes bandes de fréquences de 2,4 GHz que le wi-fi, mais avec une puissance moindre.  

Ainsi, en maintenant une utilisation saine et non prolongée, les casques sans fil ne nuisent pas à notre santé, ou du moins n’ont pas un effet plus négatif que celui causé par d’autres casques. 

Niveau sonore en décibels acceptable

Afin de s’isoler et d’exclure les autres sons et bruits extérieurs, il est fréquent d’utiliser un casque ou des écouteurs et d’augmenter le volume dans la rue ou dans les transports. La loi a fixé à 100 décibels le seuil limite pour les casques supportant les lecteurs de CD portables, mais les casques vendus seuls peuvent dépasser ce seuil, même très largement. Alors, quel est le niveau sonore en décibels acceptable ? Afin de clarifier la comparaison, 110-120 décibels correspondent à la puissance sonore d’une tronçonneuse en action ou d’un avion au décollage, tandis que le son de la voix humaine atteint 30-40 décibels. À cela s’ajoute le fait que l’échelle des décibels est une échelle logarithmique, c’est-à-dire que pour chaque incrément de 10 décibels, la puissance du son est multipliée par 10. En outre, des études montrent que le niveau d’intensité recommandé ne devrait pas dépasser 85 décibels pour un maximum de 8 heures d’écoute sur la journée. À un niveau de 100 décibels, les dommages pourraient survenir après seulement 15 minutes.

Afin de tenter de limiter cette utilisation disproportionnée et, par conséquent, les effets négatifs sur la santé auditive, l’Union européenne a commandé une étude visant à imposer aux fabricants d’appareils technologiques des limites à la puissance sonore. En attendant que soient communiquées les directives, il reste conseillé de régler le volume des appareils afin de ne pas endommager votre audition. 

Effets du bruit sur la santé

Les bruits forts peuvent avoir des effets non seulement au niveau du système auditif, mais plus généralement à l’ensemble du corps. Les traumatismes acoustiques causés par les bruits forts peuvent aller des sons étouffés après un bruit fort à l’augmentation de la pression sanguine, en passant par les problèmes cardiaques, les troubles du sommeil et le stress. S’il est vrai que ces problèmes peuvent toucher tout le monde sans distinction d’âge, les enfants peuvent être particulièrement touchés. 

Effets des écouteurs sur le cerveau

La musique a de nombreux effets positifs sur le corps humain, tous largement documentés par des études. Elle diminue le rythme cardiaque, la fréquence respiratoire, la transpiration, la tension musculaire et agit sur le système nerveux autonome, tout en intervenant dans la dynamique de réduction de la douleur. Mais elle peut aussi avoir des effets secondaires négatifs si elle est consommée à des niveaux sonores intenses, surtout si l’écoute se fait de manière prolongée et avec un casque. 

Néanmoins, il est impossible d’aller jusqu’à affirmer que les écouteurs sont mauvais pour le cerveau, car celui-ci n’est en fait pas directement affecté. Il existe cependant des moyens indirects par lesquels les écouteurs peuvent avoir un impact négatif. Un exemple qui va dans ce sens est lié aux études sur les effets des radiations des écouteurs sur le cerveau, bien que, comme mentionné précédemment, rien n’ait encore été prouvé. 

De nombreuses personnes ne sont toutefois pas conscientes des effets psychologiques que les écouteurs peuvent provoquer. La recherche est toujours en cours, mais certaines études ont mis en évidence un impact sur le cerveau, montrant un traitement cognitif plus lent entraînant par conséquent des périodes d’attention plus courtes et des compétences verbales réduites, mais aussi des effets psychologiques causés par la distorsion audio. 

Écouter de la musique à un volume élevé peut déclencher un comportement de dépendance et endommager la cochlée, un composant interne de l’oreille

Effet des écouteurs sur la santé de nos oreilles

Les écouteurs peuvent affecter non seulement notre audition, mais aussi le bon fonctionnement de nos oreilles. En effet, certaines personnes se plaignent fréquemment de douleurs aux oreilles causées par les écouteurs et surtout il n’est pas rare d’entendre des enfants dire à leurs parents « les écouteurs me font mal aux oreilles ». Porter des écouteurs toute la journée ne laisse pas vos oreilles indemnes. Diverses manifestations, y compris douloureuses, peuvent être causées par l’utilisation continue des écouteurs :  

  • Compression du cérumen : les écouteurs rendent le cérumen moins fluide et donc plus difficile à expulser naturellement.
  • Blocage du cérumen qui, en se compactant, peut aussi provoquer une inflammation. La production de cérumen est un processus normal pour nos oreilles, car il protège contre les bactéries, les insectes et prévient les infections, mais sa stagnation peut également entraîner des manifestations douloureuses.
  • Entrave à la circulation de l’air : l’air empêche normalement le cérumen humide de sécher et favorise son évacuation spontanée.
  • Rétention de la sueur et de l’humidité dans les oreilles, ce qui les rend plus sujettes aux infections bactériennes et fongiques. En insérant un corps étranger comme un écouteur, vous exposez vos oreilles à un risque accru d’infection et de dommages.
  • Création d’une barrière qui entrave l’expulsion naturelle du cérumen et finit par stimuler les glandes sécrétrices et augmenter la production de cérumen, ce qui peut former un bouchon.
  • Diminution de l’hygiène générale de l’oreille : ce phénomène est encore amplifié si les coussinets ne sont pas correctement nettoyés ou s’ils sont contaminés par des bactéries ou des agents infectieux.

Quelles solutions pour écouter sans risque ?

Il ne faut pas interdire complètement l’écoute de la musique ou les conversations téléphoniques au moyen d’un casque. Éviter totalement les casques par crainte de problèmes auditifs n’est pas une bonne option, pas plus que la solution drastique consistant à ne pas écouter de musique du tout. En fait, il est bon d’utiliser quelques petites astuces, qui sont essentielles pour éviter les mauvaises manières de consommer du son.

Quelques bonnes pratiques à adopter

Quelques bonnes habitudes peuvent aider à mettre en place une routine adéquate pour notre système auditif. Il est toujours préférable de :

  • Varier la façon dont vous écoutez les sons : pas seulement avec des écouteurs ou un casque, mais aussi avec des haut-parleurs portables, ou directement depuis l’ordinateur en mode d’écoute naturelle à distance ;
  • Régler le volume à un niveau modéré et réduire la durée d’écoute : les experts recommandent d’utiliser le volume à la moitié de la capacité maximale, définie par les experts comme le seuil d’écoute sûr. Les smartphones et autres dispositifs audio sont équipés de fonctions spéciales qui peuvent mesurer les niveaux d’exposition et sensibiliser les utilisateurs au risque de perte d’audition à un stade précoce. Une aide peut également venir des applications disponibles sur les smartphones qui affichent les niveaux d’intensité en décibels et indiquent si l’exposition à ce niveau de bruit présente un risque  : vous pouvez utiliser notre application Listen Responsibly afin de mesurer le volume sonore ambiant et préserver votre capital auditif.
  • Donner à l’oreille le temps de récupération nécessaire.
  • Utiliser les paramètres « psychoacoustiques » des smartphones : la recherche apporte des solutions pratiques pour notre santé. Des ingénieurs ont mis au point un mode de traitement du son qui permet aux utilisateurs de ressentir les mêmes sensations que s’ils écoutaient à voix haute, même à un volume plus faible. 

Casques réducteurs de bruit

Les casques à réduction de bruit utilisent une technologie avancée de réduction active des bruits pour annuler les sons environnants, quels qu’ils soient (le bruit de la circulation urbaine, un bureau animé, le brouhaha d’une pièce), réduisant les bruits de fond jusqu’à 92 % et vous permettant de vous concentrer sur la musique que vous écoutez, votre conversation téléphonique ou le film que vous regardez. Les écouteurs qui réduisent les bruits extérieurs sont une solution intéressante, car ils permettent d’éviter une attitude courante chez de nombreuses personnes, à savoir augmenter le volume de leurs appareils pour contrer le bruit de fond. Évidemment, ces casques, aussi efficaces soient-ils, tendent à réduire le bruit ambiant, pas à l’effacer complètement. Ils ne permettent pas de s’extraire de son environnement, qui tend plutôt à devenir un bruit de fond. 

Casques à conduction osseuse

Contrairement aux casques classiques, les casques audio à conduction osseuse utilisent les os du crâne pour propager le son en émettant de petites vibrations sur les os situés entre la mâchoire et le maxillaire, à proximité de l’oreille, laissant l’oreille libre d’entendre les sons de l’environnement. De cette façon, l’effet créé par les casques classiques, qui conduisent à une isolation complète de l’environnement, est atténué. C’est également pour cette raison qu’ils sont largement utilisés par les coureurs. 

Les avantages sont multiples : 

  • ils n’endommagent pas les tympans et n’obstruent pas le conduit auditif, ce qui permet d’éviter les problèmes liés au conduit auditif ; 
  • en transmettant le son directement à la cochlée, ils peuvent être une bonne solution pour les personnes ayant des problèmes d’audition ou souffrant d’acouphènes, car ils évitent la création d’une chambre de résonance qui pourrait accentuer le problème. 

Durée maximale d’écoute quotidienne sans risque

La règle simple et facile à retenir des 60-60 peut aider à prévenir les problèmes auditifs : 60 minutes d’utilisation à 60 % du volume maximal de l’appareil. Il est toujours bon de se rappeler que plus le volume est élevé, plus la durée d’écoute doit être brève, de sorte qu’une courte pause, peut-être de 15 minutes, aidera à éviter la surexposition. 

Comment savoir si on a une perte d’audition ?

Casques et lésions auditives sont souvent considérés comme liés. Pour éviter des problèmes majeurs, il est toujours bon de prêter attention à certains signes qui peuvent être annonciateurs d’un trouble plus important. Les principaux sont : 

  • le volume de la télévision ou du lecteur de musique qui n’est jamais assez fort ;
  • demander à vos interlocuteurs de répéter ce qu’ils viennent de dire ;
  • ne pas comprendre les conversations téléphoniques ;
  • avoir des difficultés à comprendre les conversations dans des environnements bruyants. 

Un bilan auditif est toujours un bon point de départ pour évaluer si vous souffrez d’un trouble ou d’une baisse de l’audition et, surtout, pour connaître le degré de surdité, en comprendre les causes et trouver le traitement le plus approprié. 

Vous pensez souffrir d'une perte auditive ? Faites un bilan auditif

Si vous pensez avoir des signes d'une baisse d'audition, n'hésitez plus et venez faire un bilan auditif gratuit dans nos centres Amplifon près de chez vous : nos audioprothésistes se feront un plaisir de vous accueillir et d'évaluer votre audion.

Prendre rendez-vous
Précédent
Suivant

Blog

Lisez l'actualité d'Amplifon les nouveautés sur les appareils auditifs, les offres et plus encore !
Lire plus

Amplifon vous accompagne

Prendre rendez-vous en ligne

Réserver

Tester son audition en ligne

Faire le test

Trouver le centre auditif le plus proche

Rechercher