Les problèmes d’audition chez l’adolescent

Les jeunes de 12 à 25 ans passent environ 1h38 par jour à écouter leur baladeur numérique. Plus d’un adolescent sur 10 souffre d’un début de baisse auditive. Il est plus difficile de détecter une baisse de l’audition qu’une perte au niveau de la vue. Et pourtant, la perte auditive, une fois enclenchée, est irréversible et a des conséquences graves sur la santé. C’est pourquoi la détection précoce de la perte auditive est particulièrement importante.

Les causes de la perte auditive chez les adolescents

La première cause des troubles auditifs chez l’adolescent, c’est le bruit, et plus spécifiquement, le traumatisme sonore généré par :

  • Un baladeur numérique écouté à plein volume
  • La proximité avec des enceintes lors d’un concert
  • Les sorties en discothèque
  • Les jeux vidéo avec casque
  • Le fait de jouer dans un groupe de musique trop forte
  • Le pot d’échappement modifié et fortement bruyant d’une moto de petite cylindrée

Les autres causes peuvent être la surdité héréditaire. La déficience auditive peut également survenir en lien avec certaines maladies héréditaires.

Prévenir les risques de baisse d’audition chez les jeunes

Voici quelques conseils pour préserver ses oreilles :

  • Il est recommandé de privilégier un modèle de casque insonorisé pour écouter de la musique ou jouer à un jeu vidéo, cela permettra de compenser les bruits extérieurs sans devoir augmenter le volume de l’appareil.
  • Lors des concerts ou fêtes, il est conseillé de s’éloigner des enceintes et de porter systématiquement des protections auditives, notamment des filtres acoustiques qui favorisent l’appréciation de toutes les nuances de la musique et réduisent son intensité de 10 à 20 dB.
  • L’écoute de la musique sur une chaîne HI-FI, à un volume raisonnable, est recommandée et permet de bénéficier d’une meilleure qualité d’écoute tout en préservant ses oreilles.
  • S’équiper de protections auditives sur-mesure si on joue dans un groupe de musique.
  • Limiter le temps d’exposition par jour à une source sonore tel que les baladeurs, afin de préserver le capital auditif. Car celui-ci s’érode avec une sur-stimulation et les cellules auditives ne parviennent pas à se régénérer et meurent. Il est recommandé de ne pas dépasser 2 heures d’écoute d’affilée afin de reposer ses oreilles.
  • Ne pas régler son téléphone ou baladeur au-delà de 85 décibels, qui est le seuil de danger pour les oreilles.
  • Surveiller la pratique d’une activité sportive à risque pour les oreilles : plongée sous-marine, sports d’altitude, sports violents tels que la boxe…
     

Comment se traduit la baisse d’audition ?

Les acouphènes, ou bourdonnements d’oreille, qui surviennent immédiatement après une exposition prolongée à une source sonore excessive, sont un signe à prendre très au sérieux. Il faut consulter rapidement un spécialiste. Mais dans 90% des cas, la baisse d’audition intervient de manière progressive et donc sans que l’adolescent ne s’en rende compte. Celui-ci va par conséquent avoir tendance à augmenter d’autant plus le niveau sonore de son baladeur et endommager davantage son système auditif.

Plusieurs signes peuvent alerter sur un possible trouble de l’audition chez un jeune :

  • Il fait répéter sans cesse son interlocuteur
  • Il a un comportement agressif ou au contraire trop calme et trop réservé
  • Les résultats scolaires sont faibles ou inconstants
     

Traiter la perte d’audition chez les adolescents

Il est important de reconnaître les symptômes à un stade précoce afin de traiter efficacement une perte d’audition. Le dépistage des problèmes d’audition, effectué par exemple au moment de la rentrée scolaire, est une très bonne occasion pour faire un état des lieux des capacités auditives de l’adolescent. S’il subsiste l’ombre d’un doute, ne pas hésiter à consulter le médecin généraliste ou le médecin ORL.

En cas de baisse auditive permanente chez un jeune, il est nécessaire de trouver une aide auditive adaptée à son âge et celle-ci doit être utilisée dès que possible. Elle permettra de limiter la baisse d’audition et d’améliorer le développement linguistique et intellectuel de l’adolescent de manière significative.