Les traumatismes sonores

Les traumatismes sonores résultent d’une exposition brutale ou prolongée à des niveaux sonores excessifs, propres à endommager l’oreille interne. Le traumatisme peut être soudain (par exemple suite à une détonation) ou progressif (par la répétition de sons trop puissants).

Les réactions du système auditif à un son très puissant

Lorsqu’un bruit excessif parvient aux oreilles, il fait vibrer la membrane du tympan. Naturellement, le système auditif sait se protéger des sons trop intenses : c’est le réflexe stapédien, appelé également réflexe acoustique.

Le muscle stapédien, qui agit sur l’étrier (l’un des trois os de la chaîne des osselets), se contracte, bloque l’amplification des ondes et protège ainsi l’oreille interne contre le bruit. Mécaniquement, une augmentation de 10 décibels de la source sonore n'entraînera alors qu'une transmission majorée de 3 décibels (dB) vers l'oreille interne.

Mais, comme tous les muscles, le stapédien se fatigue et d’autant plus rapidement que le niveau sonore est élevé :

  • à 121 dB, il se relâche après 7 secondes,
  • à 109 dB, il se relâche après environ 1 minute 52 secondes,
  • à 100 dB, il se relâche après environ 15 minutes en moyenne.

Passés ces délais, les lésions sur l’oreille interne sont irrémédiables. Les cellules ciliées qui tapissent l’intérieur de la cochlée (partie auditive de l’oreille interne) meurent, et certains sons ne sont plus transmis au cerveau.

Il en résulte une baisse progressive de l'audition accompagnée de sifflements, de distorsions sonores et/ou d’autres troubles auditifs.

Les traumatismes sonores accidentels

Soudain et brutal, le traumatisme sonore accidentel, également appelé traumatisme sonore aigu, peut engendrer des lésions souvent immédiates et majeures, jusqu’à la crevaison du tympan. Ce type d’accident peut survenir après un concert, une sortie en discothèque, suite au déclenchement d’une alarme intempestive. Les symptômes qui indiquent que l’on est victime d’un traumatisme aigu sont :

  • Hypersensibilité aux bruits
  • Maux de tête
  • Nausées
  • Acouphènes (sifflements, bourdonnements)


Les traumatismes sonores comportementaux

Ils sont liés à une habitude ou à la pratique de loisirs qui érodent progressivement le système auditif. Les comportements à risques sont notamment :

  • Ecouter de la musique fort et longtemps avec des écouteurs
  • Tondre la pelouse sans porter de protections auditives
  • Prendre l’avion en étant enrhumé ou en ayant une otite
  • Bricoler avec des engins bruyants sans porter de casque ou de bouchons protecteurs

C’est évidemment sur ce type de traumatisme qu’il faut être particulièrement attentif car il est de notre propre ressort de s’en protéger.